Copyright (c) Memodata 1998-2005
Direct access Aide
 

Chapitre 22

Comment Panurge feist un tour à la dame Parisianne
qui nefut poinct à son adventage.

 

 

Or notez que le lendemain estoit la grande feste du sacre, à laquelle toutes les femmes se mettent en leur triumphe de habillemens, et pour ce jour ladicte dame s'estoit vestue d'une très belle robbe de satin cramoysi et d'une cotte de veloux blanc bien precieux.

Le jour de la vigile, Panurge chercha tant d'un cousté et d'aultre qu'il trouva une lycisque orgoose, laquelle il lya avecques sa ceincture et la mena en sa chambre, et la nourrist très bien ce dict jour et toute la nuyct. Au matin la tua et en print ce que sçavent les geomantiens Gregoys, et le mist en pieces le plus menu qu'il peut, et les emporta bien cachées, et alla où la dame devoit aller pour suyvre la procession, comme est de coustume à ladicte feste ; et, alors qu'elle entra, Panurge luy donna de l'eaue beniste, bien courtoisement la saluant, et quelque peu de temps après qu'elle eut dict ses menuz suffrages, il se va joindre à elle en son banc et luy bailla un rondeau par escript en la forme que s'ensuyt :

RONDEAU

Pour ceste foys que à vous, dame très belle,
Mon cas disoys, par trop feustes rebelle
De me chasser sans espoir de retour,
Veu que à vous oncq ne feis austere tour
En dict ny faict, en soubson ny libelle.
Si tant à vous déplaisoit ma querelle,
Vous pouviez par vous, sans maquerelle,
Me dire : " Amy, partez d'icy entour
Pour ceste foys. "

Tort ne vous fays, si mon cueur vous decelle,
En remonstrant comme l'ard l'estincelle
De la beaulté que couvre vostre atour ;
Car rien n'y quiers, sinon qu'en vostre tour
Me faciez de hait la combrecelle
Pour ceste foys.

Et, ainsi qu'elle ouvrit le papier pour veoir que c'estoit, Panurge promptement sema la drogue qu'il avoit sur elle en divers lieux, et mesmement au replis de ses manches et de sa robbe, puis luy dist :

" Ma dame, les pauvres amans ne sont tousjours à leur aise. Quant est de moy, j'espere que les males nuictz, les travaulx et ennuytz esquelz me tient l'amour de vous me seront en deduction et autant des poines de purgatoire. A tout le moins priez Dieu qu'il me doint en mon mal patience. "

Panurge n'eut achevé ce mot que tous les chiens qui estoient en l'eglise acoururent à ceste dame, pour l'odeur des drogues que il avoit espandu sur elle. Petitz et grands, gros et menuz, tous y venoyent, tirans le membre, et la sentens et pissans partout sur elle. C'estoyt la plus grande villanie du monde.

Panurge les chassa quelque peu, puis d'elle print congé, et se retira en quelque chappelle pour veoir le deduyt, car ces villains chiens compissoyent tous ses habillemens, tant que un grand levrier luy pissa sur la teste, les aultres aux manches, les aultres à la croppe ; les petitz pissoient sur ses patins, en sorte que toutes les femmes de là autour avoyent beaucoup affaire à la saulver.

Et Panurge de rire, et dist à quelc'un des seigneurs de la Ville :

" Je croy que ceste dame là est en chaleur, ou bien que quelque levrier l'a couverte fraischement. "

Et, quand il veid que tous les chiens grondoyent bien à l'entour de elle comme ilz font autour d'une chienne chaulde, partit de là et alla querir Pantagruel. Par toutes les rues où il trouvoit chiens, il leur bailloit un coup de pied, disant :

" Ne yrez vous pas avec voz compaignons aux nopces ? Devant, devant, de par le diable, devant. "

Et, arrivé au logis, dist à Pantagruel :

" Maistre, je vous prye, venez veoir tous les chiens du pays qui sont assemblés à l'entour d'une dame, la plus belle de ceste ville, et la veullent jocqueter. "

A quoy voluntiers consentit Pantagruel, et veit le mystere, lequel il trouva fort beau et nouveau.

Mais le bon feut à la procession, en laquelle feurent veuz plus de six cens mille et quatorze chiens à l'entour d'elle, lesquelz luy faisoyent mille hayres, et, par tout où elle passoit, les chiens frays venuz la suyvoyent à la trasse, pissans par le chemin où ses robbes avoyent touché.

Tout le monde se arestoit à ce spectacle, considerant les contenences de ces chiens, qui luy montoyent jusques au col et luy gasterent tous ces beaulx acoustremens, à quoy ne sceust trouver aulcun remede sinon soy retirer en son hostel. Et chiens d'aller après, et elle de se cacher, et chamberieres de rire.

Quand elle feut entrée en sa maison et fermé la porte après elle, tous les chiens y acouroyent de demye lieue et compisserent si bien la porte de sa maison qu'ilz y feirent un rousseau de leurs urines auquel les cannes eussent bien nagé, et c'est celluy ruysseau qui de present passe à Sainct Victor, auquel Guobelin tainct l'escarlatte, pour la vertu specificque de ses pisse chiens, comme jadis prescha publicquement nostre maistre d'Oribus. Ainsi vous aist Dieu, un moulin y eust peu mouldre ; non tant toutesfoys que ceulx du Bazacle à Thoulouse.

Copyright (c) Memodata 1998-2004