Copyright (c) Memodata 1998-2005
Direct access Aide
 

Chapitre 30

Comment Epistemon, qui avoit la couppe testée, feut guery habillement par Panurge,
et des nouvelles des diables et des damnez.

 

 

Ceste desconfite gigantale parachevée, Pantagruel se retira au lieu des flaccons, et appella Panurge et les aultres, lesquelz se rendirent à luy sains et saulves, excepté Eusthenes, lequel un des geans avoit egraphiné quelque peu au visaige, ainsi qu'il l'esgorgetoit, et Epistemon, qui ne se comparoit poinct. Dont Pantagruel fut si dolent qu'il se voulut tuer soy mesmes, mais Panurge luy dict : " Dea, Seigneur, attendez un peu, et nous le chercherons entre les mors, et voirons la vérité du tout. " Ainsi doncques, comme ilz cherchoyent, ilz le trouverent tout roidde mort, et sa teste entre ses bras toute sanglante.

Lors Eusthenes s'escria : " Ha ! male mort, nous as tu tollu le plus parfaict des hommes ! " A laquelle voix se leva Pantagruel, au plus grand dueil qu'on veit jamais au monde, et dist à Panurge : " Ha ! mon amy, l'auspice de vos deux verres et du fust de javeline estoyt bien par trop fallace ! " Mais Panurge dist : " Enfans, ne pleurez goutte ; il est encores tout chault ; je vous le gueriray aussi sain qu'il fut jamais. " Ce disant, print la teste et la tint sus sa braguette chauldement, affin qu'elle ne print vent. Eusthenes et Carpalim porterent le corps au lieu où ilz avoient bancquetté, non par espoir que jamais guerist, mais affin que Pantagruel le veist. Toutefoys Panurge les reconfortoit, disant : " Si je ne le guery, je veult perdre la teste (qui est le gaige d'un fol) ; laissez ces pleurs et me aydez. " Adoncq, nectoya très bien de beau vin blanc le col, et puis la teste, et y synapiza de pouldre de diamerdis, qu'il portoit tousjours en une de ses fasques ; après les oignit de je ne sçay quel oingnement, et les afusta justement, veine contre veine, nerf contre nerf, spondyle contre spondyle, affin qu'il ne feust tortycolly (car telles gens il hayssoit de mort). Ce faict, luy fist a l'entour quinze ou seize poincts de agueille, afin qu'elle ne tumbast de rechief ; puis mist à l'entour un peu d'un unguent qu'il appelloit resuscitatif.

Soubdain Epistemon commença respirer, puis ouvrir les yeulx, puis baisler, puis esternuer, puis fistun gros pet de mesnage. Dont dist Panurge : " A ceste heure est il guery asseurement " ; et luy bailla à boire un voirre d'un grand villain vin blanc, avecques une roustie sucrée. En ceste faczon feust Epistemon guery habillement, excepté qu'il feut enroué plus de troys sepmaines, et eut une toux seiche, dont il ne peut oncques guerir, sinon à force de boire.

Et là commencza à parler, disant qu'il avoit veu les diables, avoit parlé à Lucifer familierement, et fait grand chere en enfer et par les Champs Elisées. Et asseuroit davant tous que les diables estoyent bons compaignons. Au regard des damnez, il dist qu'il estoit bien marry de ce que Panurge l'avoit si tost revocqué en vie : " Car je prenois (dist-il), un singulier passetemps à les veoir. ­ Comment ? dist Pantagruel. -L'on ne les traicte (dist Epistemon), si mal que vous penseriez : mais leur estat est changé en estrange façon. Car je veis Alexandre le Grand qui repetassoit de vieilles chausses, et ainsi gaignoit sa pauvre vie.

Xercès crioit la moustarde.
Romule estoit saulnier,
Numa, clouatier,
Tarquin, tacquin,
Piso, paisant,
Sylla, riveran,
Cyre estoit vachier,
Themistocles, verrier,
Epaminondas, myrallier,
Brute et Cassie, agrimenseurs,
Demosthenes, vigneron,
Ciceron, atize feu,
Fabie, enfileur de patenostres,
Artaxerces, cordier,
Eneas, meusnier,
Achilles, teigneux,
Agamemnon, liche casse,
Ulysses, fauscheur,
Nestor, harpailleur,
Darie, cureur de retraictz,
Ancus Martius, gallefretier,
Camillus, gallochier,
Marcellus, esgousseur de febves,
Drusus, trinquamolle,
Scipion Africain cryoit la lye en un sabot,
Asdrubal estoit lanternier,
Hannibal, cocquassier,
Priam vendoit les vieulx drapeaulx,
Lancelot du Lac estoit escorcheur de chevaulx mors.

Tous les chevaliers de la Table Ronde estoyent pauvres gaingnedeniers, tirans la rame pour passer les rivieres de Coccyte, Phlegeton, Styx, Acheron et Lethé, quand Messieurs les diables se voulent esbatre sur l'eau, comme sont les basteliers de Lyon et gondiliers de Venise. Mais, pour chascune passade, ils ne ont que une nazarde, et, sur le soir, quelque morceau de pain chaumeny.

Trajan estoit pescheur de grenoilles,
Antonin lacquays,
Commode, gayetier,
Pertinax eschalleur de noys,
Luculle grillotier,
Justinian bimbelotier,
Hector estoit fripe saulce,
Paris estoit pauvre loqueteux,
Achilles, boteleur de foin,
Cambyses, mulletier,
Artaxerces, escumeur de potz.
Neron estoit vielleux, et Fierabras son varlet ; mais il luy faisoit mille maulx, et luy faisoit manger le pain bis et boire vin poulsé ; luy, mangeoit et beuvoit du meilleur.
Julles Cesar et Pompée estoient guoildronneurs de navires,
Valentin et Orson servoient aux estuves d'enfer, et estoient rage toretz,
Giglan et Gauvain estoient pauvres porchiers,
Geoffroy à la grand den estoit allumetier,
Godeffroy de Billon, dominotier,
Jason estoit manillier,
Don Pietre de Castille, porteur de rogatons,
Morgant, brasseur de byere,
Huon de Bordeaulx estoit relieur de tonneaulx,
Pirrhus souillart de cuysine,
Antioche estoit rammoneur de cheminées,
Romule estoit rataconneur de bobelins,
Octavian, ratisseur de papier,
Nerva housse paillier,
Le papeJules crieur de petitz pastez ; mais il ne portoit plus sa grande et bougrisque barbe,
Jan de Paris estoit gresseur de bottes,
Artus de Bretaigne, degresseur de bonnetz,
Perceforest porteur de coustretz,
Boniface pape huytiesme estoit escumeur des marmites.
Nicolas pape tiers estoit papetier,
Le pape Alexandre estoit preneur de ratz,
Le pape Sixte gresseur de verolle.

- Comment, dist Pantagruel, y a il des verollez de par delà ?

- Certes, dist Epistemon ; je n'en veiz oncques tant ; il en y a plus de cent milions, car croyez que ceulx qui n'ont eu la verolle en ce monde cy l'ont en l'aultre.

- Cor Dieu, dist Panurge, j'en suis doncques quite ; car je y ay esté jusques au trou de Gylbathar et remply les bondes de Hercules, et ay abatu des plus meures !

- Ogier le Dannoys estoit frobisseur de harnoys.
Le roy Tigranes estoit recouvreur,
Galien Restauré, preneur de taulpes,
Les quatre fils Aymon, arracheurs de dentz,
Le pape Calixte estoit barbier de maujoinct,
Le pape Urbain, crocque lardon,
Melusine estoit souillarde de cuysine,
Matabrune, lavandiere de buées,
Cleopatra, revenderesse d'oignons,
Helene, courratiere de chamberieres,
Semyramis, espouilleresse de belistres,
Dido vendoit des mousserons,
Panthasilée estoit cressonniere,
Lucresse, hospitaliere,
Hortensia, filandiere,
Livie, racleresse de verdet,
En ceste façon ceulx, qui avoient esté gros seigneurs en ce monde icy, guaingnoyent leur pauvre meschante et paillarde vie là bas. Au contraire, les philosophes, et ceulx qui avoient esté indigens en ce monde, de par delà estoient gros seigneurs en leur tour.

Je veiz Diogenes, qui se prelassoit en magnificence, avec une grand robbe de poulpre et un sceptre en sa dextre, et faisoit enrager Alexandre le Grand quand il n'avoit bien repetassé ses chausses, et le payoit en grands coups de baston.

Je veiz Epictete, vestu gualentement à la Françoyse, soubz une belle armée, avecques force damoizelles, se rigolant, beuvant, dansant, faisant en tous cas grande chere, et auprès de luy force escuz au soleil. Au dessus de la treille estoient pour sa devise ces vers escriptz :

Saulter, dancer, faire les tours,
Et boyre vin blanc et vermeil,
Et ne faire rien tous les jours
Que compter escuz au soleil.

Lors, quand me veit, il me invita à boire avecques luy courtoisement, ce que je feiz voluntiers, et chopinasmes théologalement. Ce pendent vint Cyre luy demander un denier, en l'honneur de Mercure, pour achapter un peu d'oignons pour son souper. " Rien, rien, dict Epictete, je ne donne poinct deniers. Tien, marault, voylà un escu, soys homme de bien. " Cyre feut bien aise d'avoir rancontré tel butin. Mais les aultres coquins de royx qui sont là bas, comme Alexandre, Daire, et aultres, le desroberent la nuyct.

Je veiz Pathelin, thesaurier de Rhadamanthe, qui marchandoit des petitz pastez que cryoit le pape Jules, et luy demanda : " Combien la douzaine ? ­ Troys blancs, dist le pape. ­ Mais, dist Pathelin, troys coups de barre ! Baille icy, villain, baille, et en va querir d'aultres. " Le pauvre pape en alloit pleurant. Quand il feut devant son maistre patissier, luy dict qu'on luy avoit osté ses pastez ; adonc le patissier luy bailla l'anguillade si bien que sa peau n'eust rien vallu à faire cornemuses.

Je veiz Maistre Jean Le Maire qui contrefaisoit du pape, et à tous ces pauvres roys et papes de ce monde faisoit baiser ses piedz ; et en faisant du grobis leur donnoit sa benediction, disant : " Gaignez les pardons, coquins, guaignez, ilz sont à bon marché. Je vous absoulz de pain et de souppe, et vous dispense de ne valoir jamais rien, " et appella Caillette et Triboulet, disant : " Messieurs les cardinaulx, depeschez leurs bulles ; à chacun un coup de pau sus les reins. " Ce que fut faict incontinent.

Je veiz Maistre François Villon qui demanda àXercès : " Combien la denrée de moustarde ? ­ Un denier, " dist Xercès. A quoy dict ledict Villon : " Tes fievres quartaines, villain ! la blanchée n'en vault qu'un pinard, et tu nous surfaictz icy les vivres ! " Adonc pissa dedans son bacquet, comme font les moustardiers à Paris.

Je veiz le franc archier de Baignolet, qui estoit inquisiteur des heretiques. Il rencontra Perseforest pissant contre une muraille, en laquelle estoit painct le feu de sainct Antoine. Il le declaira heretique, et le eust faict brusler tout vif, n'eust esté Morgant, qui, pour son Proficiat et aultres menuz droictz luy donna neuf muys de biere.

Or dist Pantagruel :

- Reserve nous ces beaulx comptes à une aultre foys. Seullement, dis nous comment y sont traictez les usuriers. ­ Je les veiz, dist Epistemon, tous occupez à chercher les espingles rouillées et vieulx cloux parmys les ruisseaulx des rues, comme vous voyez que font les coquins en ce monde. Mais le quintal de ses quinqualleries ne vault que un boussin de pain ; encores y en a il maulvaise depesche : ainsi les pauvres malautruz sont aulcunesfoys plus de troys sepmaines sans manger morceau ny miette, et travaillent jour et nuict, attendant la foyre à venir ; mais de ce travail et de malheurté y ne leur souvient, tant ilz sont actifz et mauldictz, pourveu que, au bout de l'an, ilz gaignent quelque meschant denier. ­ Or, dict Pantagruel, faisons un transon de bonne chere, et beuvons, je vous en prie, enfans : car il faict beau boire tout ce moys.

Lors degainerent flaccons à tas, et des munitions du camp feirent grande chère. Mais le pauvre roy Anarche ne se povoit esjouyr, d'ont dist Panurge : " De quel mestier ferons nous Monsieur du roy ici, affin qu'il soit jà tout expert en l'art quand il sera de par delà à tous les diables ? ­ Vrayement, dist Pantagruel, c'est bien advisé à toy. Or, fais en à ton plaisir, je te le donne. ­ Grand mercy, dist Panurge ; le present n'est de refus, et l'ayme de vous. "

 

Copyright (c) Memodata 1998-2004